01.03.14

- 3 réactions, publié le 06.05.14

La carte d'identité électronique

La carte d'identité électronique, ou eID, vous permet de vous identifier auprès de nombreux organismes publics ou privés. A partir de 2014, votre carte d'identité électronique contiendra toutes les données auparavant contenue sur la carte SIS, qui est supprimée. A quelle occasion l'eID vous a-t-elle simplifié la vie ? Que peut-elle faire de plus pour diminuer vos charges administratives ? Faites-nous part de vos expériences personnelles, idées et suggestions !

Vous êtes de plus en plus nombreux à utiliser l'eID pour remplir votre déclaration d'impôts en ligne, via tax-on-web. Mais les administrations vous permettent encore beaucoup plus (vous en trouverez un aperçu sur notre site). Dernière avancée en date : la carte SIS est dorénavant intégrée à l'eID (vous trouverez plus d'informations et de réponses à vos éventuelles questions ici).

Qu'aimeriez-vous faire d'autre avec votre eID, qui vous permettrait d'inutiles démarches administratives ?

Les réactions

06.05.14 - Agence Simplification Administrative

Réponse à Guillaume Casier: Le logiciel eID pour Mac est disponible à l'adresse: http://eid.belgium.be/fr/utiliser_votre_eid/installer_le_logiciel_eid/mac/ Pour les nouvelles cartes eID - issues à partir de mars 2014 - il faut absolutement télécharger à nouveau le logiciel "eID Quick Install". Si vous n'en sortez pas vous pouvez contacter Fedict. http://eid.belgium.be/fr/utiliser_votre_eid/besoin_d_aide/

05.05.14 - Guillaume Casier

Pourquoi mon lecteur de carte ACR32U ne fonctionne plus avec le système Maverick de Apple

09.04.14 - Thierry Fenasse

L'identité numérique est une incontournable étape dans l'avenir de l'humanité. Les avantages sont innombrables au même titre que les inconvénients. La différence résidera dans la manière dont TOUTE la technologie qui rend la numérisation de l'individu (et du reste) possible est rendue publique ou non. a) Si les codes sources ne sont pas libres alors nous vivront un totalitarisme à l'échelle planétaire digne des pires scénari de science fiction dans lesquels une élite se nourrira du sang d'un bétail humain. Il n'y aura plus d'intimité et l'identité sera exploitée et contrôlée. b) Si les codes sources sont libres alors la société du partage, de la collaboration et de l'auto-censure (dans le sens de la responsabilisation individuelle) aura une chance d'exister. L'intimité restera privée et l'identité sera publique et développée. Dans les deux cas, il restera toujours la responsabilité des plus avantagés (ou plus fort) d'accompagner les moins avantagés (les plus faibles). Dans le cas ou de grandes firmes s'engraisseront sur le dos de l'identité électronique, ce sera un enfer sur terre. Dans le cas où la mise en oeuvre de l'identité électronique est supportée par la communauté Open Source, il y aura une chance que cela ne soit pas l'enfer et peut-être même de passer l'épineuse étape de la civilisation sur le déclin qui est la nôtre. Bref ... c'est un sujet qui dépasse 1) le politique et 2) le citoyen lambda. La probabilité de vivre l'enfer "à la hunger game" est donc énorme puisqu'une très petite minorité d'illuminés qu'on appelle tantôt Pirates, tantôt Hackers, tantôt Geeks dans un joyeux bouillon d’amalgame sont LES SEULS à percevoir ne fut-ce que le dessus de l'iceberg de cet énorme enjeux qu'est l'identité électronique. Les politiciens étant piloter par les soucis de rentabilité économique et les citoyen inquiets pour leur pension n'ont pas les marges de manœuvres intellectuelles suffisantes pour prendre la question dans le bon sens... mais bon, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir! Quoi qu'il en soit, l'identité numérique, elle, s'installe "tout naturellement".

Postez votre réaction

La publication des commentaires n’est pas immédiate car ils sont "modérés" : un ou plusieurs modérateurs se réservent le droit de supprimer tout ou partie de votre message. Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. En validant votre message, vous vous engagez à respecter leur autorité. Champs Obligatoires (*)